Un peu d'histoire anecdotique - Les seigneurs de Pontailler en croisade

Au début du 13e s. le domaine de Talmay, propriété de l'abbaye de Bèze, devient celle des sires de Pontailler-Champlitte
L'un de ceux-ci, Guillaume 1er, participant à la 4e croisade, ne songeait, comme la plupart des chefs croisés, qu'à se partager de nouveaux territoires. Allié de Geoffroy de Villehardouin, d'origine champenoise, ils décidèrent de faire en commun, la conquête de la Morée, riche province de la Grèce.
Une fois le pays brillamment conquis en 1206, le seigneur de Pontailler prit le titre de "Prince d'Achaïe". Il organisa le pays et s'entoura de douze hauts barons. Mais les premiers jours de l'année 1209, Guillaume reçut des nouvelles de France lui rappelant ses devoirs de fief, sa femme et ses enfants depuis longtemps abandonnés.
Il décida de rentrer en France, mais avant de s'embarquer, il délégua son autorité suprême à Geoffroy de Villehardouin. Il fut convenu entre eux que si, dans l'intervalle de 1 an et 1 jour, il envoyait en son nom un parent pour lui succéder, ce parent recueillerait tous ses droits. Que si, au contraire, ce délai expirait sans qu'il se présentât personne, la principauté d'Achaïe passerait à Geoffroy et à ses héritiers.
Guillaume rentra au pays natal, passa 8 mois dans l'irrésolution et à festoyer. Il choisit enfin pour lui succéder, un de ses jeunes parents nommé Robert. Mais les Français et les Grecs, charmés par la bonne administration de Geoffroy et redoutant l'arrivée d'un inconnu, engagèrent Villehardouin à user de tous  les moyens conciliables avec l'honneur pour écarter cette éventualité.
Robert  trouva son voyage hérissé de difficultés. Parti en novembre 1209, il fut d'abord arrêté pendant un mois en Savoie par les neiges. Arrivé à Venise, le doge, qui avait été circonvenu par Villehardouin, le retint pendant 2 mois. Puis à Corfou où il avait relâché, le capitaine de galère leva l'ancre tandis qu'il dormait dans une hôtellerie. Lorsque Robert débarqua enfin en Morée, le délai fatidique était près d'expirer. Il se mit immédiatement à la recherche de Geoffroy qui se retirait devant lui à mesure qu'il s'approchait et qui ne s'arrêta dans sa retraite que lorsque l'année fut accomplie. Geoffroy reçut Robert en présence de tous les seigneurs qu'il fut possible de réunir. L'assemblée déclara que Guillaume, ses héritiers et mandataires, du fait de l'expiration du terme fixé, étaient déchus de tous ses droits sur la principauté de Morée. Villehardouin transforma donc son baillât en possession réelle en 1210.

Ainsi finit pour Guillaume 1er et la maison de Pontailler, cette principauté éphémère qu'il avait si glorieusement conquise et organisée.

D'après Dumay , Gabriel. – Aperçu historique sur la terre de Talmay du 3e au 20e s.  - 1911