MES RANDONNÉES à l'AVUM   

                                               Période du 1er janvier au  31 décembre 2005 



AVUM  loisirs : 28 rue Jolivet - 21600 DIJON
tél : 03.80.66.76.16

 
                             
                                    
Dans le calendrier des randonnées, des liens sont actifs:
1- A partir du toponyme,  lien vers  l'album photos.
Si vous regardez  cet album, les vignettes vous permettent en cliquant, d'obtenir la photo grand  format.
De plus, toute photo encadrée mène par un clic à une explication.
2- A partir du mot Descriptif, lien vers le texte relatif à cette randonnée.

Date Type Départ Nom Niveau - distance Accès

Stationnement


D
16 janvier

AM

13h30

En longeant la Sansfond

    2 --------------- 12km

Longvic - Route de Seurre - Chevigny

Ecole Mairie


D
13 février

J

8h30

Bellenot-sous-Pouilly

Descriptif

    2 --------------- 23km

A6- Sortie de Pouilly avant le péage -

Traverser Pouilly → Bellenot

Place de la mairie
(monument aux morts)


D
6 mars

J

 8h30

Prauthoy-Monsaugeon 

 Descriptif

    2 --------------- 20km

Route de Langres  (N74) à 50 km de Dijon

Eglise de Prauthoy


D
17 avril

J

9h

R-V de Lamarche : église

Descriptif


    2 --------------- 18km
A Genlis, prendre la direction de  Labergement-Foigney , Longchamp et Magny-Montarlot. De là, prendre à gauche pour Lamarche.
 

Eglise


D
15 mai

J

8h30

La Bussière   


Descriptif

    3 --------------- 19km

Pont-de-Pany - Vallée de l'Ouche

Parking du village


D
12 juin

J

8h30

Aisey-sur-Seine 

Descriptif    

    2 -------------- 20km

Route de Chatillon-sur-Seine (N71) : Val Suzon-St Seine l'Abbaye

Eglise d'Aisey

D
17 juillet
J 8h30 Poncey-sur-l'Ignon

Descriptif
  3 --------------- 20km

St-Seine-l'Abbaye-Continuer sur la N71 puis (dr.) , Poncey-sur-l'Ignon

Eglise de Poncey
D
28 août
J 8h30 Lantenay-Roche Aiguë

Descriptif
  3 ----------------  22km A38 (route de Paris) .  A l'échangeur de Fleurey, prendre à dr. la D104 Parking situé entre le lavoir et l'entrée du château de Lantenay
D
25 sept

J 8h30

Aignay-le-Duc         

Descriptif

  2 ------------------ 22 km

St-Seine-l'Abbaye - Lamargelle puis Aignay-le-Duc par la D16 Parking de la Mairie (près de l'église)
D
30 oct.
J 8h30 Chazilly/Sainte-Sabine

Descriptif
  2 ...................... 19 km Vallée de l'Ouche jusqu'à Pont-d'Ouche. Puis, Crugey par la D18. A moins de 4km au-delà de Crugey,  prendre (g.) la D115k menant par Ste Sabine à Chazilly En contrebas de l'église de Chazilly , se garer en bordure de route (regroupement devant l'église)
D
13 nov.
J 8h30 Commarin

Descriptif
  2 .....................   21 km A38  (sortie Sombernon). Puis prendre la D905 (à g.) en contrebas du village et la D977bis (g.) : Echannay, Montoillot et Commarin Commarin ,  près de l'église
D
4 dèc.
AM 13h Etaules
AVIS : Les intempéries et le sol détrempé rendant les passages en 3+ trop dangeureux, remplacement du circuit par un parcours facile d'environ 11 km avec peu de dénivelées
Heure et lieu de départ inchangés
Descriptif
  3+...................   12 km Messigny et Vantoux  puis route de Sainte-Foy Parking (dr.) au début de la montée d'Etaules (D 104)


DESCRIPTIF DES RANDONNÉES

Bellenot

Habitat à flanc de coteau dont les maisons s'échelonnent de part et d'autre de 2 rues parallèles, donnant l'impression d'un village plus important alors qu'il compte moins de 200 habitants. Succession de plateaux (plus de 500m.) boisés et cultivés, de coteaux et de combes.
Rente Samson - Croix Blanche - Source de la Brionne - Buissière de la Feuillouse - Le Ray des Filles.
Soussey-sur-Brionne (Donjon carré et restes d'enceinte de l'ancien château féodal 16e s.), Martrois : ces 2 villages à l'est du  canal de Bourgogne présentent également cette particularité d'être à flanc de coteau - Rigole puis Ferme de Vauchey - La Grande Montagne.

Prauthoy

Butte de Montsaugeon (ancienne seigneurie du Montsaugeonnois) et son Grand Etang.
Aubigny-sur-Badin (site de léglise St-Symphorien).
Plateaux boisés d’une altitude moyenne de 400m (Bois de Vaux et de La Défois) avec incursion dans le val de Rivière-les-Fosses.
Chatoillenot, puis Bois de Montanson sur un plateau culminant à 414m (site à jonquilles réputé ; attention : cueillette réglementée)

Aisey-sur-Seine

Randonnée de belle saison étant donné l’éloignement (70 km de Dijon) : station climatique d’été dans la vallée de la Seine, à son confluent avec le Brevon.
Pittoresques routes d’accès au village.
Pour l’essentiel, le circuit se déroule dans les forêts au nord et au sud du Brevon, avec traversée de Bressault, Brémur et Vaurois.

Aisey-sur-Seine

Jusqu’à la révolution : Aisey-le-Duc. Au début du 13e s., aux abords du village, édification d’une forteresse, le Duc de Bourgogne en personne supervisant la réalisation (il ne reste que les vestiges de plan quadrangulaire). Le "Bois du Parc" est alors entouré de murets pour maintenir captif un abondant gibier que les seigneurs des lieux viennent régulièrement chasser.

En bordure de la Nationale, Maison Forte de Tavannes, du 18e s. (2e quart), et non de Chavannes (Bravo l’IGN!)

Brémur

A l’emplacement d’un ancien camp romain, sur les hauteurs dominant la Seine, se trouvent les ruines d’un château féodal du 14e s. et détruit au 17e s. sur ordre de Richelieu. Il servit de logis aux écuyers de la Grande Mademoiselle, fille de Gaston d’Orléans, frère de Louis XIII. La Duchesse avait son château à Aisey-sur-Seine. Ce fut une place forte considérable et séjour des Ducs de Bourgogne. Après la destruction du château situé sur la butte, presque à ses pieds, les seigneurs se réinstallèrent dans un autre château, celui de Rocheprise, entouré d’un parc verdoyant (façade principale restaurée au 19e s.).


La Bussière

La Bussière, siège d'une abbaye cistercienne fondée en 1131 par Henri de Sombernon.
En principe, le parc aux arbres centenaires est  interdit aux  promeneurs depuis début avril suite au changement de propriétaire : de l'évéché de Dijon impécunieux, il  est passé aux mains d'un couple anglais qui en fera un relais touristique pour clientèle fortunée.
Rive gauche du canal de Bourgogne avec passage sur un ancien pont de la ligne de chemin de fer Dijon-Epinac - St-Victor-sur-Ouche puis en face Auvillars - Forêt de Marigny prolongée par les Communeaux de Jaugey - Hameau de Saunière - Bois du Tué et du Dos d'Âne .
La zone boisée du parcours est délimitée par 3 vallées : au Nord, celle de la Gironde, à l'Est  celle de l'Ouche et enfin au Sud la vallée de l'Arvo évoquée par Henri Vincenot.
Curieusement la topographie de la carte IGN suggère la forme d'un personnage "à croupetons" dont l'œil serait le château de Marigny (doublement ruiné par vandalisme récent).


Lamarche

Randonnée facile en plaine de Saône, cantonnée à l’est par le fleuve et à l’ouest par la forêt de Longchamp.

Sur la rive droite d’un méandre, Lamarche (église à 2 clochers) et plus au sud Poncey-les-Athées.
A l’Ouest de ces deux communes se succèdent un chapelet d’étangs. Depuis Lamarche, les étangs du Fourneau, du Milieu et, le plus long, l’Etang Neuf, sauvage dans son écrin forestier et qui abrite de nombreux migrateurs et oiseaux sédentaires.
Depuis Poncey-les-Athées s’étire l’étang de même nom puis plus à l’ouest, dispersés, trois plus petits. A l’inverse de ceux du nord, ils sont artificiels (retenues) et un ruisseau dit de l’Etang assure le drainage.
Traversée de Lamarche vers le sud puis d’une zone verdoyante d’herbages et de cultures (soja) -
passage d’une voie ferrée désaffectée : franchissement de "la ligne" annonçant un changement de décor : bois de part et d’autre du Ruisseau de l’Etang (traversée aléatoire) - Eclaircie de Magny-Montarlot - Traversée de la forêt domaniale de Longchamp, d’abord en légers vallonnements ( bois "Le Coupis") - progression en zigzags de layons en layons - rive des étangs, longés jusqu’au retour à Lamarche.

Intérêt botanique : arboretum de Magny-Montarlot ; en forêt de Longchamp, végétation acidophile rappelant celle du Morvan (bruyères, fougères) puis végétation de milieu humide qui supporte ou nécessite des sols temporairemment inondés; en bordure de l’Etang du Fourneau, station de pins pleureurs de l’Himalaya (Pinus griffithii).

Aignay-le-Duc

Circuit appelé "Le chemin d’entre fermes" décrit dans "La Côte-d’Or à pied" car il est jalonné de fermes (La Pothière-La Renère-Champigny...)
Plateau mamelonné (altitude moyenne 420m), verdoyant et boisé, entaillé par le Revinson, le Prélard et la Coquille Celle-ci, dont la source est un site classé, traverse le village d'Aignay. Sur le parcours, site de la belle carline acaule.

Aignay-le-Duc

Le Duc, c'est le fils de Robert le Pieux, roi de France. Au 15e s., la population comptait 500 feux et le pays était un centre de commerce très prospère de draps, toiles et cuirs. 

Fortification de la ville pendant les Guerres de religion (murailles avec 25 tourelles de guet).
A la mort de Charles le Téméraire, Louis XI  s'emparant du Duché de Bourgogne, fit raser les places fortes  et entre autres, le château d'Aignay. Dépeuplé, ruiné par les invasions de 1815 et 1870, le pays, bien que fabricant du drap, se tourne peu à peu vers l'agriculture et l'élevage.
Ce passé est visible en faisant le tour de la ville : maisons du 16e au 20e s., murs et tourelles, lavoir dans chaque quartier.
L'église St Pierre et St Paul fut construite au 13e s. en seulement 20 ans. C'est l'une des plus belles du Châtillonnais avec son clocher tors (voir autre exemple caractéristique). Elle abrite  surtout  un retable d'époque Renaissance en pierre sculptée en haut-relief.
Pour en savoir plus sur Aignay-le-Duc, consulter le site qui lui est consacré.
Etalante
Bourgade possédant divers sites pittoresques, notamment le cirque de la Coquille où la rivière de même nom prend sa source. C'est la commune du Châtillonnais qui possède le plus de fermes isolées (18) sur son territoire. Elles sont pour la plupart du 16e et 17e s., la plus remarquable étant La Pothière, ferme forte dominant le vallon du Revinson.

Poncey-sur-l'Ignon

Hormis une remontée vers le nord (points de vue) au départ de Poncey, avant la redescente sur Pellerey, la randonnée se déroule dans le massif forestier délimité au nord par la confluence de l’Ougne avec l’Ignon et au sud par Champagny. Le parcours révèle surtout dans le Bois de Chaumont des combes sauvages, fraîches et giboyeuses, puis suit, en partie au sud, le sentier de "la Marche à l’étoile" faisant jonction avec le GR2 venant de Saint-Seine. On emprunte celui-ci jusqu’à l’approche des sources de l’Ignon où on le quitte pour rejoindre Poncey.

Les sites les plus connus sont les sources de l’Ignon, proches de la route de Châtillon, aux abords malheureusement mal entretenus, ainsi que le lieu dit "L’étoile" et sa borne, convergence de lignes dans le Bois de Chaumont.

Poncey-sur-l’Ignon

La commune présente 2 curiosités architecturales peu communes :

Eglise du 18e en forme de croix grecque (à 4 branches égales); ses différentes parties sont réunies par des murs cintrés. Au centre se trouve une rotonde surmontée d’une coupole.

Manoir du type 16e/17e reconstitué avec des matériaux anciens issus de vieilles demeures du 15e s. de Chanceaux, bombardées en 1944. L’initiative en revient à Charles Huard (1874-1965), caricaturiste, dessinateur, antiquaire qui s’était retiré à Poncey en 1942 pour échapper aux allemands.

Poncey doit son nom à la ponce, sorte de tuf extrait des sources de l’Ignon (l’étymologie couramment proposée : d’un nom d’homme latin Ponticus et du suffixe : iacum est phonétiquement infondée). Cette pierre légère qui couvre la charpente de l’église est elle-même recouverte de laves. Poncey possédait 5 moulins: des moulins à céréales, à huile (de navette, crucifère voisine du colza), et à papier (papier à la forme). Le meunier d’un moulin à céréales ayant mis au point une machine de production de papier innovante reçut l’autorisation de transformer son moulin afin de procéder à cette fabrication. Aussi Poncey peut-il se prévaloir d’être l’un des premiers centres de production du papier en rouleaux en continu. En aval, existait d’autre part des chènevières (cannebières dans le midi) pour la production du chanvre et du papier.

Lantenay

Parcours assez sportif, dans l'ensemble forestier d'altitude moyenne 550 m. Il culmine à 604 m. à la Roche Aigüe. Limité d'ouest en est par Lantenay, Ancey, Mâlain, Baume La Roche, il est relié au Mont Chauvin par la crête rocheuse (faille) où se dresse la château de Mâlain. Entaillé par des combes orientées S/NE et S/NO dont la Combe Piron, la plus longue et la Combe d'Arvaux plus connue sous le nom de Combe aux Mammouths, appellation due aux roches curieusement sculptées par l'érosion (la plus spectaculaire étant la "Roche branlante"). A plusieurs reprises, panorama sur la dépression sud qu'emprunte la voie ferrée venant de Paris et passant dans le tunnel de Blaisy.

La zone englobant les combes de Lantenay, celle d'Arvaux et la combe Piron est une ZNIEFF (Zone Naturelle d'Intérêt  Écologique, Floristique et Faunistique). Elle est caractérisée par une flore thermophile dans les conditions les mieux exposées et les plus sèches. On y trouve une chênaie pubescente ainsi que des plantes à répartition méridionale comme l'Anthyllide des montagnes Anthyllis montana ou l'Inule des montagnes Inula montana, toutes deux protégées en Bourgogne. L'érable à feuilles d'obier Acer opalus atteint ici sa limite nord. 
Enfin, l'Arabette des Alpes Arabis alpina, plante montagnarde, subsiste aux pieds des Mammouths, ces falaises détachées dans la combe d'Arvaux. C'est la seule station naturelle connue en Bourgogne.

Chazilly – Sainte-Sabine

Cette randonnée se déroule dans l'Auxois, au sud de Chateauneuf et de l'A6 qui passe et repasse au dessus du Canal de Bourgogne.
Randonnée facile puisqu'elle longe 2 réservoirs : Chazilly et Le Tillot.
De Chazilly à Sainte-Sabine, parcours de berges et de rigoles. Puis l'on gagne Chaudenay-le-Château après avoir traversé la Sénegot, faible hauteur boisée. Dernière montée : traversée du petit massif, également boisé, dit " Les Jeunes Revenues " . En fin de parcours, des rigoles ramènent à Chazilly (Une grande partie du circuit suit le balisage jaune des " Sentiers de l'Auxois ")

Les réservoirs de Chazilly et du Tillot

Deux des cinq réservoirs qui alimentent le Canal de Bourgogne. Ils sont fermés l'un et l'autre par une digue en maçonnerie avec contreforts. L'ensemble de ces réservoirs constitue une zone privilégiée pour l'observation de la faune ornithologique et ceux de Chazilly et du Tillot sont très poissonneux.
Chazilly est alimenté par 2 ruisseaux et par les eaux de ruissellement des collines environnantes.
Sa digue offre une belle vue sur la vallée de l'Ouche et Châteauneuf. Ce réservoir approvisionne le Canal par une rigole passant par la crête du barrage du Tillot. Celle-ci aboutit à Escommes, à l'écluse n°1 du versant de la Saône, à la sortie du bief de partage souterrain (la " Voûte ").
Quant au réservoir du Tillot, il est le plus petit des cinq. Il se situe entre les réservoirs de Chazilly et de Panthier. Ses eaux alimentent en souterrain le versant de la Saône.

Sainte-Sabine

Doit son nom à la martyre romaine dont les reliques sont déposées dans l'église (13e/14e s.). Celle-ci est curieuse : son clocher-porche, ouvert sur 3 côtés de hautes arcades (plus de 10m), donne l'impression d'un édifice " troué ". Le château proche est du 17e s.

Chaudenay-le-Château

Construit au 12e s. sur un étroit éperon rocheux, le château est même soutenu par des arcades pour en augmenter la surface. Il comportait 8 tours dont 2 sont restaurées et un donjon impressionnant dont ne subsistent que les murs.
Dans le mur latéral de l'église, se trouve extérieurement encastré, un bas-relief représentant en pied 6 apôtres (début du 16e s)

Commarin

Commarin où vécut l'écrivain bourguignon Henri Vincenot (il y écrivit " La Billebaude " et " Le Pape des Escargots ") possède l'un des plus beaux châteaux de la région, tout en mesure et en équilibre. Passage devant l'entrée principale  pour remonter la grande allée qui la prolonge.

Montée sur les hauteurs et traversée du Bois de Fatz. A sa sortie, l'on découvre Echannay, dans sa cuvette aux versants couverts d'herbage, limitée au nord par la ligne de partage des eaux et où prend naissance la Vandenesse, affluent de la Saône. L'A38 qui passe par une échancrure, n'est pas loin.

Le village possède de belles maisons rurales des 18e et 19e s., et son église renferme un retable du 14e s. relatant les épisodes de la Passion.

L'on parvient à Montoillot et le Palloux en contournant le plateau "Sur la Montagne ".

De Semarey, dont l'église a un clocher à tavaillons,  l'on accède au prolongement SO du plateau par une forte montée.Cultures et lambeaux forestiers se succèdent.

Traversée des larreys (versants des côteaux) et du hameau de Panthier, puis redescente dans la vallée en longeant la rive du réservoir et une rigole qui ramène aux abords nord du village de Commarin.

Etaules

Belle randonnée sportive (750 m de dénivelée pour environ 12 km), se déroulant à travers bois et combes du plateau d'Etaules, limité au nord par le cours du Suzon qui forme un coude à Sainte-Foy.

"Voici ... sur le plateau qui sépare la vallée de l'Ouche de celle du Suzon, les trois villages de Pasques, d'Etaules et de Darois. Pasques évoque le souvenir des premiers pâturages, pascua, et Etaules celui: des premières étables , stabulae, qui furent installées au sein de l'antique forêt de chênes dont Darois [du gaulois °derwo- "chêne", cf également le grec drus signifiant chêne], rappelle le nom originel  et marque peut-être l'un des premiers défrichements."       (Abbé Chaume)

En 1989, l'on relève dans l'ouvrage de J. Barré de Clairavaux sur le Val Suzon, à propos du plateau d'Etaules : "Ses pentes, fréquemment enneigées l'hiver, attirent les amateurs de ski "(!)

Schèma de l'étage de végétation du plateau d'Etaules à l'ubac.

Parcours : Montée au "Plain d'Arvaux" et descente dans la Combe Ragot dont on remonte l'autre versant par une combe sans nom. Suivre E/S-E une ligne forestière (venant d'Etaules) en déclivité régulière avant une forte descente menant dans la Combe des Chénaux (et à sa source). La quitter pour monter à la Fontaine de la Trouvée : le sentier rejoint le GR7 qu'on quitte au fond de la Combe Ragot pour suivre le thalweg N/NE du Combet Chaudière (ça chauffe, en effet!). Traverser le Bois Dufour et après un point de vue sur la vallée du Suzon, suivre le bon chemin parallèle qui, de la Fontaine de Jouvence, ramène au parking.

Profil de la randonnée :